Une approche de l’éducation à l’environnement

L’écriture-nature

pour ensemencer les enfants de la terre

Parce qu’on dessine quand on écrit, il existe une écriture où chaque lettre de l’alphabet contient symboliquement un être humain, une graine, une fleur, un fruit, un arbre

et la langue des oiseaux.

C’est toute l’âme de la nature qui se tisse directement dans cette vision de l’écriture

parce que tout enfant est d’abord un artiste et un poète. D’ailleurs, l’école maternelle s’appelait autrefois le « jardin d’enfants ».

Cette méthode alternative facilite l’apprentissage, l'autonomie,

l’intégration scolaire, le chemin vers une simplicité volontaire.

Si l’enfant apprend à jardiner en même temps qu’il découvre le plaisir d’écrire,

l’écriture-nature représente alors un écosystème en solidarité totale avec la planète, facilitant une éducation éco-citoyenne et agro-écologique.

Il devient, dès la première heure, un enfant-oasis…

Ainsi, l’écriture-nature rejoint des objectifs de la permaculture :

. Beauté, créativité et arts premiers (design, dessin, peinture, poésie, chant et danse)

. Famille, apprentissage, transmission, équilibre, bien-être

. Santé, potager, auto-suffisance alimentaire, équité

. Responsabilité individuelle et collective, respect, tolérance et bienveillance

Avec l’informatique est intervenue quelque chose dont on ne mesure pas encore la perversité… Jusque-là, on remplaçait l’énergie humaine par la machine, mais maintenant la machine se substitue au cerveau. Combien de gens sont obligés de sortir leur appareil parce qu’ils ont mis leur esprit « en mémoire » dans leur nouvel appendice... Insidieusement, on est en train de porter atteinte aux fonctions cérébrales elles-mêmes. Dès le début, les touts-petits vivent dans un monde virtuel, avant même d’avoir pris connaissance d’eux-mêmes. On oublie la faculté de nos mains. Pierre Rabhi

Le problème de la culture, c’est qu’elle se nourrit de la vie de gens à qui cette culture, une fois maquillée, n’est plus destinée. Chaque fois que la culture s’alimente uniquement de culture,

elle meurt comme une plante qu’on a oublié d’arroser.

J’aime bien l’idée d’associer culture et agriculture. La plante a besoin d’eau et de terre, comme l’écriture a besoin d’émotions et de paysages. 

Dany Laferrière, écrivain haïtien, québécois, membre de l’Académie Française

L’écriture-nature s’adresse aux enfants, adolescents, parents, grand-parents et enseignants, réunis à égalité, pour découvrir et partager dans leur propre écriture

une langue communautaire innée, inter-générationnelle et humaniste : à nous de prendre la main de l’enfant que nous avons été, et de co-construire l’éducation des futurs adultes de demain.

Trois formules :

  • Conférence-atelier de 2 heures

  • Formation familiale d’une journée

  • Formation pour enseignants : la graphopédagogie

L’art d’enseigner l’écriture manuscrite s’appuie sur la Charte de la Transdisciplinarité du CIRET (Centre de Recherches et d’Etudes Transdisciplinaires), en particulier sur le rôle de l'intuition, de l'imaginaire

et du corps dans la transmission des connaissances.

Elle se rallie au « Manifeste pour la terre et l’humanisme » de Pierre Rabhi (Editions Babel.Colibris 2011).  

Cette pédagogie alternative est compatible avec les langues utilisant les 26 lettres de l’alphabet. La méthode fait l’objet d’un manuel « Yoga de l’alph@bet, un cerveau pour le web », aux éditions BoD, accessible sur internet.

Les conférences, ateliers et formations ont lieu dans le cadre de

l’association « Ecritures sans frontières », créée en 2004, dont l’objectif est de maintenir et développer l’écriture manuscrite, base de connaissance de soi, lien familial et social, créativité et liberté individuelle.

Programmes sur demande

Avec la collaboration du magazine PLUM

                www.plum-magazine.fr

© 2023 par Sol Sublime. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now